Fibois > Portrait

LA FORESTIÈRE DRÔMOISE

par Fibois

tl_files/adherent-a-la-une/La Forestiere Dromoise/Portrait.JPGPortrait d’un professionnel de l’amont de la filière Forêt/Bois

M. Damien CHASTAN / La Forestière Drômoise

17 Rue du Coulard - 26770 TAULIGNAN

Téléphone fixe : 04 75 90 17 48

Téléphone portable : 06 84 01 30 96

Adresse Email : chastan.damien@orange.fr

 

Portrait d’un tout jeune professionnel de l’amont de la filière forestière : Damien CHASTAN.

 

Damien CHASTAN était naturellement voué à travailler en forêt de par la profession de son père Guy CHASTAN : Exploitant Forestier.

 

C’est après la 3ème de Collège qu’il arrête plus ou moins les études pour intégrer le Centre de Formation Professionnelle Forestière de Châteauneuf du Rhône. Il y obtient son Brevet Professionnel Agricole : Conducteur d’Engins Forestiers.

 

Après huit années passées comme salarié auprès de son père, il décide de créer sa propre entreprise et devient à son tour, en Juin 2013, Exploitant Forestier.

 

L’exploitation qu’il pratique à l’heure actuelle est mécanisée.

L’an dernier, il a exploité 10 000 T de bois, mais cette année il estime sa récolte à environ 15 000 T.

 

Il a d’ailleurs choisi d’investir l’année dernière dans le nouveau modèle d’abatteuse PONSEE.

Une très belle machine qui jusqu’à présent ne présente aucune faiblesse. Grâce à sa taille, son avancement dans les différents peuplements exploités est sans reproche. 

 

Aujourd’hui, l’abatteuse évolue dans un peuplement « naturel » mixte composé de châtaignier, de pin noir et de pin sylvestre arrivés à maturité. Le prélèvement concerne dans sa quasi-totalité les pins, et la machine ne présente aucun danger pour les arbres restants. De plus, les lames (chaînes de tronçonneuse) posées sur la tête d’abattage permettent d’exploiter des arbres allant jusqu’à 70 cm de diamètre. Au-delà, ils sont exploités manuellement.

 

Le débardage se fait au porteur (tracteur forestier équipé d’une remorque forestière). Acquis il y a maintenant 12 ans, la machine VALMET affiche 12 500 heures au compteur. C’est pourquoi au vu du travail de son abatteuse, Damien CHASTAN souhaiterait réinvestir dans un nouveau porteur. Il m’explique alors avec quelques chiffres ;

L’abatteuse coupe environ 120T de bois / jour

Le porteur débarde environ 80T de bois / jour (il peut transporter 12T de bois par voyage entre la coupe et la place de dépôt).

En conclusion, il y a trop de bois qui reste en forêt par terre et trop longtemps.

 

Il est aussi équipé de deux camions pour le transport du bois jusqu’aux entreprises de première et seconde transformation.  

L’un d’entre eux est assez particulier puisqu’il s’adapte très rapidement au contexte forestier (devers, relief…).

 

Ce chantier qui au début ne devait concerner que 2 ha seulement, a pris un peu plus d’ampleur.

En effet, les propriétaires qui ont été plus ou moins démarchés, ont très bien réagi face à cette exploitation étant donné que les peuplements arrivent à leur terme. Cela a donc permis à Damien CHASTAN de continuer son travail sur les parcelles voisines. Quelques propriétaires ont choisi par la suite de restaurer la Châtaigneraie.

 

En ce qui concerne la localisation des parcelles, il utilise une application moderne sur son Smartphone qui intègre la photo aérienne et le cadastre. Il réalise lui-même le marquage des limites de parcelles, quelque fois accompagné des propriétaires.

 

Sur ce chantier, le bois récolté sera valorisé pour l’industrie de la palette, du papier ou même pour la filière bois-énergie selon les essences et la demande des entreprises.

 

Pour ce qui est des réparations sur les machines, il les fait dans la mesure du possible. 

 

Son entreprise se compose de 4 personnes :

Lui qui à l’heure actuelle conduit un camion, il utilise toutes les machines, démarche les propriétaires, transporte les bois mais aussi ses engins, de chantier en chantier.

Son oncle qui est transporteur, son frère qui conduit l’abatteuse et son autre salarié qui conduit le porteur.

 

« C’est une bonne équipe et relativement jeune ! Aujourd’hui il est difficile de trouver des personnes qualifiées dans tous les secteurs de l’exploitation mécanisée. Il faut être bon de partout, faire vite et bien, avoir du rendement sans faire de casse sur les machines et surtout être motivé » me confie-t-il.

 

tl_files/adherent-a-la-une/La Forestiere Dromoise/Mosaique.jpg

Revenir